J’ai l’impression que cette idée de taxer les transactions financières est plus populiste qu’autre chose.
Elle devient le symbole de la lutte contre le monde de la finance et de l’argent facile !

La taxe Tobin

© Michel Gangne / AFP

 

Elle ne fera que mettre au chômage quelques informaticiens, mathématiciens et fournisseurs de réseaux ultra haut débit.
Dans le fond, le marché n’en a que faire de la vitesse et de la fréquence des « trades ». Si cette taxe devait voir le jour, les investisseurs se contenteront d’investir sur des durées plus en rapport avec les capacités cognitives du cerveau humain.
Le marché existe selon les conditions qu’il rencontre.
C’est un concept et non une personne dotée d’une capacité éthique ou d’une conviction politique
… à l’opposé de l’investisseur.

Par contre, le risque est de freiner les arbitrages et de « viscoser » le marché qui deviendrait beaucoup moins « liquide ».

Le risque de cette taxe serait de rendre le marché moins efficace et donc d’en limiter l’équité : l’argent rejoignant moins facilement les projets risqués, ambitieux, originaux et ceux qu’affectionnent les investisseurs, donc les citoyens (l’investissement du particulier, c’est avant tout une façon de décider de l’avenir du monde… à la mesure de ses moyens).

Quand je vous dirais : on peut investir sur ce truc nouveau qui va faire progresser la société, sauver la couche d’ozone, les baleines, combattre la mal-nutrition et le cancer. Cependant, c’est risqué et si ça ne marche pas vous aurez plus de mal qu »avant la mise en place de la taxe Tobin, à retirer votre argent.
Que me répondrez-vous ?
Je veux bien investir, mais moins que je ne l’aurais fait avant l’avènement de cette taxe ?

Je viens de me contenter du terme « équité » à la place de « juste ».
En effet, je ne me sens pas légitime pour dire s’il est juste que ce soit les investisseurs qui décident qui doit profiter des moyens (financiers, matériels, humains…) et qui doit pâtir de leur absence.
On a plus ou moins essayé de donner le même pouvoir de décision à chaque être humain par l’intermédiaire du droit de vote unique par citoyen et de la démocratie.
Cela me semble « juste ».
Le fait de donner les mêmes chances aux investisseurs me semble plutôt « équitable ».
Les citoyens naissent « libres et égaux », mais par l’exercice de leur liberté, ils n’ont pas tous les même moyens financiers.

Revenons à cette taxe et posons-nous la principale question : serait-elle légitime ?

À mon sens, elle est moins légitime qu’un impôt sur le revenu, sur la fortune, ou sur les successions.
En effet, elle se dresse contre un principe qui a permis la forme de progrès que l’on connaît : la loi du marché.
Elle ne se dresse pas contre l’augmentation des écarts sociaux.
Ainsi, elle est aussi peu légitime que la TVA et produirait des effets comparables : freiner le commerce et développer des économies parallèles.

Avec la taxe Tobin, on verrait les investissements freinés dans leurs élans et le développement de marchés financiers occultes comme ceux des pays qui ne l’appliqueraient pas (paradis fiscaux, par exemple), mais aussi des marchés entre les institutions financières qui s’échangeraient (ou se prêteraient) des titres sans en référer aux autorités.
Je devrais même écrire « qui s’échangent déjà des titres», puisque c’est le cas…

En conclusion, si nos dirigeants politiques veulent lever plus d’impôts, je leur propose d’augmenter les taxes existantes et surtout de s’entendre entre les pays pour empêcher (au moins limiter) l’évasion fiscale et autre forme d’optimisation qui ne profitent qu’à certains.
Personnellement, je ne suis pas contre payer des impôts, j’ai juste envie de ne pas en payer plus que mon voisin.