Il y a 16 mois, j’écrivais le contraire : http://www.la-boite-a-finances.com/blog/small-caps-retard/

Et en effet, les valeurs de petites entreprises françaises ont rapidement, puis très largement dépassé celles des plus grandes.
De notre côté, à La Boîte à Finances, on a bien mis cette opportunité à profit en conseillant à nos investisseurs les fonds de petites et moyennes capitalisations au détriment de ceux des grandes.

À présent, on constate la situation inverse :

Small caps en avance 2013

En France et certainement en Europe (car elles sont corrélées), les grandes capitalisations ont décroché par rapport aux petites.
Ce mouvement fut même très brutal la semaine dernier.

Analyse

Les pessimistes peuvent y voir la réactivité des investisseurs sur grandes capitalisations, prémices des mêmes conséquence sur les plus petites, tandis que les optimistes l’interprètent comme le signe que la chute de la semaine dernière est finalement peu justifiée, si ce n’est par quelques mouvements spéculatifs peu actifs sur les petites capitalisations, les flux entrant sur les marchés européens étant toujours très présents.

Dit autrement, les cours des petites actions sont plus animés par la volonté générale d’investir ou de désinvestir que par la spéculation à très court terme comme on la connaît depuis la monté en puissance de l’informatique.

Dans tous les cas, que l’on soit optimiste ou pas, il me semble raisonnable de profiter de ce décalage comme on l’a fait l’an passé, dans l’autre sens.
Si les marchés continuent de baisser, on aura déjà évité de subir une partie du mouvement et s’ils se reprennent, comme je l’imagine davantage, on devrait mieux en bénéficier.
Ainsi, j’ai commencé à arbitrer des petites vers les grandes capitalisations.
Cependant, à moyen terme, je reste favorable aux « mid et small caps ».
Et quand cet écart sera résorbé, je reviendrais vers ces dernières.