Valeurs mobilières

Élections américaines : un risque asymétrique

Dans quelques heures les américains vont élire leur nouveau président.

Cet événement n’est généralement pas de nature à bousculer les marchés.
Néanmoins, cette fois-ci, cela serait plus le cas, comme en atteste la nervosité des marchés ces derniers jours.

La raison est lié à la possibilité de voir Trump élu.
Dans un tel cas de figure, ce serait une remise en question assez profondes de la politique américaine :

– plus de protectionnisme qui viendrait brider les échanges commerciaux internationaux et donc la croissance,

– un virage marqué de la politique étrangère américaine (rapprochement avec la Russie au détriment des alliés historiques de l’Amérique, arrêt de l’immigration… ),

– et probablement une nouvelle façon d’exercer le pouvoir plus en accord avec le populisme du candidat anti-establishment.

(lire la suite…)


Le grexit : acquis ou exclu par les marchés ?

À présent, le grexit n’est plus le principal enjeu pour les investisseurs en Europe..
C’est plutôt le fait de savoir si les marchés le tiennent pour acquis, si cela est dans les cours, si c’est « pricé » ?!

Si la sortie de la Grèce de la Zone Euro est déjà prise en compte par les marchés, tout va bien.
Les marchés ne devraient pas baisser le cas échéant.

Par contre, si les marchés pensent qu’un accord à toutes les chances d’être trouvé, et que la Grèce quitte la monnaie unique, ils risquent d’être bien déçus.

(lire la suite…)


Procrastination politique

Ce matin, 541 élus du Bundestag ont voté un prolongement du programme des aides internationales à la Grèce jusqu’au 30 juin 2015 (32 votes contre et 13 votes blanc).
Autant dire que le Grexit (risque de voir la Grèce abandonner la monnaie unique) vient de s’éloigner rapidement.
Au delà de cette échéance à 4 mois, cet épisode nous montre à quel point le camp de l’orthodoxie européenne (l’austérité) n’a malgré tout pas envie de voir la Grèce quitter la Zone euro.
Je pense qu’avec l’élection d’un partie d’extrême gauche à sa tête, la Grèce a fait comprendre qu’elle n’avait plus grand chose à perdre.

Sinon, je ne sais pas qui des allemands ou des grecs ont cédé car dans le fond, rien n’est réglé.
Il semble que Syriza ait mis beaucoup d’eau dans son vin en renonçant à nombre de promesses électorales.
Un peu trop d’ailleurs pour 450 grecs qui ont manifesté contre le pouvoir, ce soir à Athènes.
Cependant les dirigeants grecs ne se sont engagés que sur des promesses non chiffrées, pour obtenir ce blanc-seing allemand.
On négocie pour gagner du temps et pour tirer la couverture à soi.
L’essentiel étant de ne jamais perdre la face.
C’est le jeu politique.

(lire la suite…)


Les small caps très en avance

Il y a 16 mois, j’écrivais le contraire : http://www.la-boite-a-finances.com/blog/small-caps-retard/

Et en effet, les valeurs de petites entreprises françaises ont rapidement, puis très largement dépassé celles des plus grandes.
De notre côté, à La Boîte à Finances, on a bien mis cette opportunité à profit en conseillant à nos investisseurs les fonds de petites et moyennes capitalisations au détriment de ceux des grandes.

(lire la suite…)


  • Avant-propos

    Les articles de ce blog d'opinion personnelle et de libre réflexion n'engagent que leurs auteurs, et ne comportent aucun contenu publi-rédactionnel.
  • S’abonner

    flux rss